FAIRE UN DON
EN FR
EN FR

Le CIRC à la croisée des recherches sur le cancer et la COVID-19

Le Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC) continue de surveiller étroitement la situation de la COVID-19 et explore actuellement diverses initiatives et collaborations visant à évaluer l’impact de cette maladie sur le cancer et sur la prévention du cancer. Des études s’intéressant aux effets du virus de la COVID-19 (SARS-CoV-2) sur la mortalité due au cancer et la survie sont en cours de réflexion avec les partenaires internationaux du CIRC. Certaines des contributions du CIRC situées à la croisée des recherches sur le cancer et la COVID-19 sont décrites ici.

  • Un « groupe d’intervention » sur la COVID-19 et le cancer

    Le CIRC a rejoint le « groupe d’intervention » mondial sur la COVID-19 et le cancer afin de contribuer à la coordination des efforts visant à synthétiser et à diffuser rapidement les données sur la pandémie de la COVID-19 et la manière dont celle-ci affecte l’évolution du cancer dans le monde entier. Avec d’autres organisations de premier plan, le CIRC a publié un appel à manifestation d’intérêt à l’attention des chercheurs intéressés par un consortium de modélisation pouvant aider à quantifier l’impact de la pandémie sur l’évolution du cancer résultant de l’interruption des interventions préventives, de dépistage et thérapeutiques.

  • Enquête auprès des registres du cancer dans le monde pour l’évaluation des impacts de la pandémie

    Le CIRC adresse un questionnaire aux registres du cancer en population dans le monde entier par le biais de l’association internationale des registres du cancer (IACR, pour International Association of Cancer Registries), la société professionnelle des registres dont le CIRC assure le Secrétariat. Cette enquête a pour but d’évaluer les impacts à court et à moyen terme de la pandémie sur le fonctionnement des registres et la diffusion des données dans des environnements différents.

  • Prédispositions génétiques potentielles à l’infection au virus de la COVID-19 et à la progression de la maladie

    Les chercheurs du CIRC ont partagé des données génétiques provenant d’études d’associations pangénomiques et des données épigénomiques issues d’études d’associations pan-épigénomiques provenant de l’ensemble des cohortes de l’étude EPIC (European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition) en Italie avec des chercheurs situés à Turin, qui utilisent ces données pour rechercher les prédispositions génétiques potentielles à l’infection au virus de la COVID-19 et à la progression de la maladie.

  • Une application pour traquer les symptômes et les diagnostics de COVID-19

    Les experts du CIRC prennent aussi part aux initiatives de recherche pour la mise au point d’une application pour mobile permettant de traquer les symptômes et les diagnostics de COVID-19 dans tous les centres de l’étude EPIC, via une application développée par le Massachusetts General Hospital et l’université Harvard, également appliquée à de nombreuses cohortes au sein du Consortium COronavirus Pandemic Epidemiology (COPE).

  • Formation BCNet pour les laboratoires traitant les échantillons dans le cadre du dépistage de COVID-19

    De nombreux laboratoires et biobanques qui collaborent avec le CIRC sur la recherche contre le cancer dans les pays à revenu faible et intermédiaire (PRFI) ont dû interrompre leurs activités habituelles pour traiter les échantillons dans le cadre du dépistage de COVID-19. Le CIRC peut se prévaloir d’une expérience significative dans la formation des techniciens de laboratoire en matière de sécurité en laboratoire et le Centre offre des formations visant à limiter les risques liés à la manipulation d’agents potentiellement pathogènes. Par exemple, le CIRC a organisé des webinaires pour former les membres du réseau de constitution de cohortes et de biobanques des PRFI (BCNet, pour Biobank and Cohort Building Network) au Kenya et au Nigéria grâce à sa plateforme d’apprentissage de la Biobanque en ligne, et les informations pertinentes sur la COVID-19 ont été transmises par les institutions partenaires BCNet à tous les membres de ce réseau.

  • Questionnaire portant sur les modifications des obligations en matière de travail en laboratoire et en biobanque

    L’infrastructure de biobanque BBMRI, pour Biobanking and BioMolecular resources Research Infrastructure et la société internationale des biobanques biologiques et environnementales ISBER, pour International Society for Biological and Environmental Repositories ont uni leurs forces pour communiquer sur les modifications requises en matière de travail en laboratoire et en biobanque au cours de cette période. Les chercheurs du CIRC ont fait partie de l’équipe ayant conçu le questionnaire, qui a été distribué dans le monde entier. Une publication est attendue dans le courant de l’année, lorsque tous les résultats auront été analysés.

  • Plateforme numérique de pathologie

    L’alliance pour la pathologie numérique (Alliance for Digital Pathology), qui regroupe le National Cancer Institute des Etats-Unis, l’université Harvard et le consortium International Collaboration for Cancer Classification and Research (IC3R), est en train de créer une plateforme numérique de pathologie, disponible en ligne, dans le but de gérer les informations en lien avec la pathologie. Le CIRC est en pourparlers pour collaborer à cette initiative, avec d’autres organisations internationales.

  • Publications scientifiques sur des thèmes connexes

    Les chercheurs du CIRC collaborent actuellement à plusieurs publications scientifiques portant sur une série de thèmes connexes, comme la transformation des services de santé à l’ère post-COVID-19, les opportunités de leadership et les défis dans le secteur de la santé pendant la pandémie de COVID-19 et sur « les traitements contre le cancer et les thérapies de COVID-19 : que doit faire l’oncologue ? ». Ils travaillent également sur l’impact de la pandémie de COVID-19 sur la pratique de l’otolaryngologie et de la chirurgie de la tête et du cou.

  • Collaboration sur une étude pilote pour le dépistage du cancer du col de l’utérus en Ouzbékistan

    La mise en place du dépistage du cancer du col de l’utérus dans les pays aux systèmes sanitaires fragiles sera compromise pour une longue période. Le CIRC, le Bureau régional pour l’Europe de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) et l’Ambassade de France en Ouzbékistan ont uni leurs forces pour soutenir la mise en place d’une étude pilote de dépistage du cancer du col de l’utérus en Ouzbékistan, avec pour objectif l’introduction des tests de détection du virus du papillome humain (VPH) comme méthode de dépistage dans le pays. Les travaux préparatoires se sont poursuivis pendant la pandémie de COVID-19 avec des consultations en ligne, des discussions portant sur l’élaboration du programme de pilotage, l’évaluation des différentes plateformes de test du VPH et l’identification de l’option la plus efficace pour l’Ouzbékistan, ainsi que la collecte des informations sur les profils démographiques dans les zones pilotes. Cette étude pilote devrait permettre le lancement du programme national de dépistage du cancer du col de l’utérus.

  • Impact sur les programmes de dépistage du cancer

    Le CIRC prévoit également de mener une étude visant à évaluer l’impact de la pandémie sur les programmes de dépistage du cancer dans les PRFI qui ont fait des efforts considérables ces dernières années pour améliorer l’organisation de leurs programmes de dépistage. On peut citer le Bangladesh, le Bélarus, la Colombie, le Maroc, le Sri Lanka, la Thaïlande et la Zambie.

  • Implications d’ordre éthique de la pandémie

    Le Comité d’éthique du CIRC va étudier les implications d’ordre éthique à court, moyen et long terme de cette pandémie dans le contexte de la recherche au CIRC.

  • Assistance technique pour l’Institut national du Cancer (INCa) en France

    Le CIRC assure l’assistance technique pour l’Institut national du Cancer (INCa) et contribue ainsi à la veille scientifique à la croisée des recherches sur la COVID-19 et le cancer.


Fermer mode lecture
HAUT